Aikido À propos | Horaires et tarifs | Professeurs | FAQ | Matériel

Foire aux questions (FAQ)

Questions pour les –14 ans

 L’aikido, c’est quoi ? 
 Quelle différence entre l’aikido –14 ans et +14 ans ? 
 Que peut apporter l’aikido à mon enfant ? 
 À quel âge mon enfant peut-il commencer l’aikido ? 
 Comment se passe la transition des adolescents vers les adultes ? 
 Quels sont les grades d’aikido chez les –14 ans ? 
 Comment se déroule une séance chez les –14 ans ? 
 Pourquoi les saluts, pourquoi parler japonais ? 
 Quels sont les risques pour mon enfant en aikido ? 
 Qui est le professeur d’aikido –14 ans ? 

 

Questions pour tous

 Proposez-vous des cours d’essai d’aikido ? 
 Quelle tenue porter pour les cours d’essai en aikido ? 
 Quelles sont les modalités d’inscription à l’aikido ? 
 Quand peut-on commencer l’aikido ? 
 Et si je ne suis pas sportif, puis-je commencer l’aikido ? 
 L’aikido est-il un sport ? 
 Comment choisir le bon dojo d’aikido ? 
 Quelles sont les formations et statuts des professeurs d’aikido à l'Okami dojo ? 
 Quelle est la différence entre la licence-assurance et la cotisation ? 
 Quelle est la fédération de l'Okami dojo ? 
 Quelle tenue si on pratique plusieurs disciplines ? 
 Que dit-on en début et fin de séance ? 
 Quels sont les documents d’un pratiquant d’aikido ? 
 Combien coûte l’aikido à l'Okami dojo ? 
 Pourquoi n’y a-t-il pas de compétition en aikido ? 
 Quelles sont les pratiques des armes en aikido ? 
 Pourquoi utiliser des armes en aikido ? 
 Quels sont les noms des protagonistes en aikido ? 
 Quels sont les grades en aikido ?
 Quand et comment obtenir un grade supérieur en aikido ? 
 Les grades acquis dans un autre art martial comptent-ils en aikido ? 
 Existe-t-il des cours spécifiques pour débutants et avancés ? 

 

Questions pour les + 14 ans

 Un âge avancé est-il un problème pour pratiquer l’aikido ? 
 Qu’est-ce que le carnet Yudansha ? 
 Quand porter le hakama ? 
 
 
 

 

Questions pour les –14 ans

L’aikido, c’est quoi ?

Depuis plusieurs décénies, notre dojo accueille les enfants et adolescents et leur propose une pratique alliant ludisme et rigueur, modernité et tradition, détente et discipline.
La pratique de l’aikido chez les moins de quatorze ans répond aux besoins spécifiques de chaque âge tant au point de vue psychomoteur que social. Le professeur est formé à cette particularité (psycho-pédagogie, animation et brevet Adeps).
L’aikido consiste en un ensemble de techniques de défense face à une attaque (saisie, frappe), d’une ou plusieurs personnes, armées ou non.
Les techniques sont des projections et des contrôles (immobilisations et clefs aux articulations). Les armes sont le sabre (bokken), le bâton () et le poignard (tantō). Bien entendu, toutes ces armes sont en bois.
Les techniques présentant un danger en raison de leur efficacité sont proscrites de la pratique des juniors. Par exemple, aucune clef aux articulations n’est pas autorisée chez les Kodomo (4-6 ans) et chez les juniors (6-10 ans).
L’accent de nos cours est plutôt placés sur la notion de souplesse du corps, de non-opposition et de maintien du contact afin de contrôler le partenaire.

 Haut de la page 

 

Quelle différence entre l’aikido –14 ans et +14 ans ?

Dans le cadre des trois cours –14 ans, les techniques, la pédagogie, le programme, etc. sont adaptés à l’âge et au niveau des enfants et des jeunes adolescents. Le plaisir de la pratique et la rencontre de l’autre prime sur le résultat qui est secondaire.
L’adolescent désirant pratiquer parmis les adultes (le vendredi, par exemple), est par ailleurs le bienvenu, sans frais de cotisation supplémentaire.

 Haut de la page 

 

Que peut apporter l’aikido à mon enfant ?

Les enfants et les adolescents aiment les nouveaux apprentissages. Ils ont également besoin d’exercice physique pour un développement harmonieux du corps et de l’esprit.
Pratiquer l’aikido permet de renforcer :
  • Les capacités physiques. En respectant les caractères physiologiques de chaque tranche d’âge, la souplesse, la coordination, l’endurance, la capacité cardio-vasculaire et la gestion de la respiration consciente s’en trouvent améliorées.

  • Les valeurs sociales. L’aikido se pratique sans concession d’âge, de sexe, de poids… Tous les pratiquants travaillent ensemble avec le même plaisir. Le respect volontaire d’une hiérarchie claire et l’évolution au sein de celle-ci enrichissent le sens social. De fréquents rappels au code d’honneur médiéval des samurai enracinent les valeurs modernes dans l’Histoire.

  • Les valeurs personnelles. Grâce au contact physique avec des adultes et d’autres enfants, la confiance en soi augmente. La codification rigoureuse des attaques diminue l’angoisse de la situation de conflit. La juste évalution de ses acquis aide l’enfant à se situer dans le groupe.

  • Les capacités cognitives. L’écoute des consignes et la formulation verbale des problèmes physiques rencontrés dans la technique aident l’enfant à renforcer la précision de son langage. La découverte de termes japonais, loin d’effrayer les jeunes, est pour eux un véritable plaisir. Les termes anatomiques sont également largement appréhendés lors des cours. La proprioception, la latéralité et le schéma corporel s’en trouvent renforcés.

 Haut de la page 

 

À quel âge mon enfant peut-il commencer l’aikido ?

Nous acceptons les enfants à partir de 4 ans* aux conditions suivantes :
  • l’enfant est propre (pas de couches);
  • il possède une mobilité normale;
  • il accepte de participer au cours sans la présence de ses parents;
  • il peut se rendre seul aux vestiaires pour se changer (pas de parents dans les vestiaires).
* Toutefois, il est possible que le professeur vous conseille d’attendre un peu avant d’inscrire votre fil(le)s ou au contraire, l’accepte plus jeune. Il n’existe aucune règle écrite à ce sujet, l’appréciation du professeur est primordiale. L’âge idéal diffère pour chaque enfant et est celui à partir duquel il tire plaisir et profit de chaque leçon.

 Haut de la page 

 

Comment se passe la transition des adolescents vers les adultes ?

À l’approche de ses ses quatorze ans, l’adolescent est invité à participer régulièrement aux leçons adultes afin de se préparer en douceur à son passage à ce cours.
À quatorze ans, le pratiquant est considéré comme adulte mais peut continuer, s’il le désire, à suivre ou non le cours adolescent. La transition entre les deux sections se fait pas-à-pas, avec l’aide des professeurs adolescents et adultes.

 Haut de la page 

 

Quels sont les grades d’aikido chez les –14 

ans ?

En aikido, les grades sont le reflet d’une évolution technique et en aucun cas d’une aptitude combative ou autre. Ils sont obtenus suite à une démonstration technique favorable.
Chez les Kodomo (4-6 ans) et les juniors (6-10 ans), les enfants pratiquent pour le plaisir et non pour l’obtention d’une couleur sur leur ceinture; il n’existe donc pas de grade. Cette option prise par notre dojo respecte l’idée de non-compétition.

Les adolescents (10-14 ans) sont régulièrement invités à présenter un examen dont le niveau est équivalent à celui des adultes.
L’examen que présenterait un adulte est fractionné en plusieurs petites parties, et lorsque l’adolescent à présenté l’ensemble de ces parties de manière satisfaisante, il obtient le grade supérieur.

 Haut de la page 

 

Comment se déroule une séance chez les –14 ans ?

Une scéance type d’aikido chez les –14 ans est généralement composée de :
Cours Kodomo (4-6 ans)
Le cours dure une demi heure, tous les –14 ans y participent. La scéance est basée sur des exercices de psychomotricité orientée aikido : initiation  aux ukemi (=chutes), jeux d’équilibre et de déséquiliblibre, prise et maintien d’un contact physique avec le partenaire.
Au bout d’une demi-heure, les Kodomo quittent le dojo, tandis que les autres poursuivent la leçon.
Cours Juniors (6-10 ans).
Le cours dure également une demi-heure. Il est basé sur une approche ludique des techniques de base d’aikido : projections et contrôles.
Au bout d’une demi-heure, les Juniors (qui auront donc pratiqué une heure) quittent le dojo, tandis que les adolescents poursuivent la leçon.
Cours Adolescents (10-14 ans).
Le cours dure vingt minutes et est consacré à l’étude des techniques strictes d’aikido. Les adolescents pratiquent donc une heure et vingt minutes.

 Haut de la page 

 

Pourquoi les saluts ? Pourquoi parler le japonais ?

L’aikido étant d’origine japonaise, sa pratique est empreinte de la célèbre courtoisie nippone. Il ne s’agit en aucun cas d’une pratique sectaire ou religieuse.
Les saluts au portrait du fondateur sont le reflet de la gratitude que nous lui devont.
Les différents saluts debout ou à genoux sont une expression courrante de politesse. Au Japon, on ne se serre pas la main, on se salue. En aikido, cela signifie tour-à-tour « Merci pour tes explications », ou « Je t’invite à pratiquer avec moi » ou encore « Merci d’avoir pratiqué avec moi ».
Par souci d’uniformité, les termes japonais sont utilisés internationalement pour la pratique de l’aikido.

 Haut de la page 

 

Quels sont les risques pour mon enfant en aikido ?

Précisons tout d’abord qu’aucun accident portant à conséquence n’est à déplorer dans notre dojo. Ni lors du travail a main nue ni lors du travail avec armes.
Comme l’ensemble des pratiques physiques, celle de l’aikido nécessite l’acceptation d’un risque d’accident (le « risque zéro » n’existe jamais).
Toutefois, il est important de préciser que les rares accidents (toujours bénins) sont dûs à la non-pratique de l’aikido.
En effet, ces accidents exceptionnels arrivent rarement lors d’une technique d’aikido, mais plutôt en enfreignant les consignes, par distraction, ou par excès de zèle.
En règle générale, l’usage du cérémonial (salut, respect du partenaire), l’énonciation de consignes claires et des habitudes de travail sécurisantes permettent d’éviter tout problème.
Soulignons une fois de plus l’absence de compétition en aikido, écartant par là-même les risques qu’elle comporte (liés à l’envie d’être meilleur que l’autre).

 Haut de la page 

 

 

Qui est le professeur d’aikido –14 ans ?

Fabian Friart, 2e dan
Fabian est moniteur Adeps, instituteur et, professeur d’arts plastiques, animateur socioculturel et sportif.
Ce dernier peut éventuellement être assisté ou remplacé par un pratiquant majeur et avancé ayant reçu l’aval du conseil d’administration

 

 Haut de la page 

.

 

Questions pour tous

Proposez-vous des cours d’essai d’aikido ?

Oui, les deux premiers cours d’aikido, bien que payants, sont tout-à-fait sans engagement, quel que soit l’âge du pratiquant.
Au-delà de ces deux leçons d’essai, l’inscription devient obligatoire.

 

 Haut de la page 

 

Quelle tenue porter pour les cours d’essai en aikido ?

Inutile de vous imposer des frais avant votre inscription !
Une tenue sportive, telle un training et un T-shirt est amplement suffisante pour les deux leçons d’essai.

 

Quelles sont les modalités d’inscription à l’aikido?

Après vos deux cours d’essai, vous devrez produire un certificat médical d’aptitude sportive indispensable à l’obtention de la licence-assurance de l’Association francophone d’aikido.
Au-delà de ces deux leçons d’essai, l’inscription devient obligatoire via le formulaire ad-hoc, obtenu sur simple demande au dojo ou téléchargeable dans la rubrique Documents .

 

Quand peut-on commencer l’aikido? Haut de la page 

À tout moment de l’année. En effet, notre discipline ignore la compétition et la notion de saison sportive nous est inconnue. Il est donc possible de commencer l’aikido à tout moment de l’année.
Toutefois, les cours d’aikido –14 ans étant fermé durant les mois de juillet et d’août, mieux vaut ne pas s’inscrire le 30 juin ;-)

 

Et si je ne suis pas sportif, puis-je commencer l’aikido?

Contrairement aux sports, aucune performance n’est demandée en aikido. Bien qu’il s’agisse d’un art martial viril, puissant et efficace, son apprentissage est toujours progressif. Il est donc naturel d’évoluer en puissance, souplesse et rapidité selon son propre rythme.
Le principe étant de repousser ses limites, la première étape consiste donc à les connaître.
Bien sur, courbatures et petites douleurs seront bien entendu aux rendez-vous des premiers lendemains de cours, mais elles s’estomperont bien vite.

 

L’aikido est-il un sport ? Haut de la page 

En aucun cas ! Bien qu’il s’agisse d’une pratique essentiellement physique, l’aikido est un art martial.
Le sport offre comme but la réalisation d’une perfomance, l’art martial propose une recherche de soi, à la fois physique et mentale. Tandis que les sport promulgue la compétition envers un adversaire (version courtoise de l’ennemi), l’art martial favorise le travail avec un partenaire.
L’idée n’est pas d’être seul, meilleur que les autres, mais bien le contraire : être meilleur soi-même, avec l’aide des autres.
Le sport ne peut se pratique à un haut niveau que pendant le laps de temps assez court qu’est la jeunesse physique. Tandis que l’art martial est le travail de toute une vie. L’état d’esprit est également différent grâce au respect du cérémonial, de la posture pendant les périodes d’écoute, etc.
La voie du sport et celle des arts martiaux sont toutes deux des voies intéressantes mais totalement incompatibles.

 

Comment choisir le bon dojo d’aikido ? Haut de la page 

Le bon dojo n’est pas forcément le plus proche de votre domicile. Comme dans tout domaine, les arts martiaux connaissent bon nombre d’escrocs et de charlatans.
Quel que soit la discipline choisie, veillez simplement aux points suivants :
Sécurité
Bien que la douleur fasse partie de l’entraînement, les cours se donnent-ils dans un cadre sécurisant, où la possibilité de se blesser est réduite par des consignes claires (chuter dans une direction précise, ordre d’application des techniques, limites à ne pas dépasser), un respect évident du partenaire et des élèves, (pas de douleur inutilement infligées, respect des différences d’âge, de sexe et de physique) l’usage de matériel et d’accessoires appropriés.
Respect et convivialité
Les arts martiaux japonais sont empreints de la notion de reishiki, que l’on pourrait traduire par « expression de la politesse ». Cela se traduit par un cérémonial codifié, une tenue de corps maîtrisée et un respect inconditionnel des pratiquants.
Fuyez d’office tout dojo où l’étiquette n’est pas respectée (saluts baclés, moqueries, cérémonial peu ou mal maîtrisé, etc.) Où les pratiquants se tapent dans le dos au lieu de se saluer, où l’on parle fort et rigole à pleine voix, où les grades et l’ancienneté ne sont pas respectés. Le dojo est un lieu de travail, pas un rassemblement de bon copains (ou alors après le cours, autour d’un verre).
Fuyez également tout dojo où le cérémonial tourne au sectarisme. Où le grade donne droit à une supériorité. Où le professeur ressemble plus à un gourou qu’un enseignant. Où l’on vous cite les fondateurs et les sensei japonais à chaque phrase. Où l’austérité est la seule règle et où les sourires sont proscrits.
Si l’étiquette est très présente dans la culture japonaise, elle s’exprime d’une manière naturelle et conviviale. Aucun dojo ne devrait vous faire penser à une secte.
Formation des cadres
Le ou les professeurs ont il reçu une formation particulière (sportive, pédagogique, etc.) ?
Grade des cadres
Tout qui achète une ceinture noire a le droit de la porter. Le nombre de dan importe beaucoup moins que la manière dont ils ont été aquis. À l’heure actuelle, le grade d’aikido belge le plus élevé et reconnu par l’Aikikai (centre mondial à Tōkyō) est le 6e dan. Tout grade supérieur doit être considéré comme suspect.
Reconnaissance
Il existe une infinité de fédérations plus ou moins obscures ou fantaisistes dans le monde des arts martiaux. Le dojo qui vous intéresse est-il affilié à une fédération reconnue par l’Adeps, la fédération Wallonie-Bruxelles, la Province la Commune, etc. ?
Experts
Tout bon dojo doit proposer (par l’intermédiaire de sa fédération) différents stages dirigés par des experts hauts gradés. Méfiez-vous des dojo confinés dans leur microcosme où le professeur est maître absolu. Notez que tous les japonais ne sont pas des experts en arts martiaux. La présence d’un professeur japonais n’est donc pas systématiquement une bonne chose : encore faut-il qu’il soit issus d’un organisme respectable.
Pour les enfants
Veillez à ce que le cours respecte un juste milieu entre technique et jeu, rigueur et plaisir. Les enfants ne sont pas là pour devenir de grands techniciens, mais il ne sont pas là non plus uniquement pour jouer.

 

Quels sont les formations et statuts des professeurs d’aikido de l’Okami dojo ?

Tous nos professeurs sont :
  • reconnus par leur fédération et donc par la Fédération Wallonie-Bruxelles ;
  • brevetés de l’Adeps et, ou enseignants (instituteur ou professeur) ;
  • bénévoles.

 

Quelle est la différence entre la licence-assurance et la cotisation ?

Ces deux formes de frais occasionnés par la pratique de l’aikido n’ont pas la même destination.
La licence-assurance est imposée par (et revient à) la fédération à laquelle nous sommes affiliés et offre, entre-autres, une couverture en assurance durant les cours au dojo, mais aussi durant tous les cours ou stages de tous les dojo affiliés, ou non, intra ou extra-territoriaux, sans frais supplémentaire.
La cotisation bénéficie au dojo et couvre ses frais de fonctionnement (charges, loyer, etc.)

 

Quelle est la fédération d’aikido de l'Okami dojo ?

Notre dojo est affilié à l’Afa.
L’Afa, ou Association francophone d’aikido, est la seule fédération francophone reconnue par l’Adeps et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Par le biais du Belgian Aikikai*, l’Afa est membre de la fédération internationale d’aikido, du Hombu dojo (le centre mondial à Tōkyō) et du comité Olympique et Interfédéral belge.
* Pour des raisons linguistiques, le Belgian Aikikai est l’organe unique qui rassemble les fédérations francophones (Afa) et néerlandophones (VAV) de Belgique.

 

Quelle tenue si l’on pratique plusieurs disciplines ?

Certains cours s’enchaînant sans transition (aikido et iaido, par exemple), il est parfaitement concevable, dans un premier temps, de les pratiquer avec une tenue commune (keikogi blanc). Cependant, la transpiration accumulée dans la veste et la ceinture durant le cours d’aikido peut être fort dérangeante pour un mouvement aisé du fourreau dans le cadre de l’iaido.
De plus, la ceinture d’aikido étant moins large et plus rigide, elle convient peu à la pratique de l’iaido.
Il vous est donc loisible de changer (rapidement) de tenue entre les deux cours, et le cas échéant, de vêtir une tenue propre à l’iaido.

 

Que dit-on en début et fin de séance d’aikido ? Haut de la page 

L’ouverture et la clôture d’un cours d’art martial japonais s’effectuent traditionnellement en prononçant les formules de courtoisie suivantes :
O negai shimasu [o négaï chimass], en début de leçon ou de pratique avec un partenaire, signifie une demande de pratique mutuelle (littéralement traduit par « je vous demande »).
Domo arigatō gozaimashita [domo aligato godzaïmachta ], en fin de leçon ou de pratique avec un partenaire, exprime sa gratitude (littéralement traduit par « Je vous remercie beaucoup »).

 

Quels sont les documents d’un pratiquant d’aikido?

Tout aikidoka doit être en possession de quatre documents : la licence-assurance, le carnet de grade, la carte d’information et la carte de stage.
Licence-assurance
Ils s’agit du document attestant votre adhérence à notre dojo et à notre fédération, reçu peu de temps après votre inscription. Il s’agit d’une part de votre cotisation fédérale (licence) et la preuve de votre couverture en assurance. Vous devrez en remplir annuellement un formulaire de renouvellement et l’accompagner d’une attestation médicale d’aptitude à la pratique sportive.
L’assurance vous couvre pour tous les cours du dojo, des autres dojo de la fédération, ainsi que lors des stages d’aikido intra ou extraterritoriaux. Tout pratiquant est dans l’obligation d’être en possession de sa licence-assurance lors de toute pratique dans ou hors de son dojo. Par ailleurs, la présentation du document est une condition sine qua non à l’accès à un stage. Notez que le code barre permet un accès rapide aux stages fédéraux.
Le document se présente au format carte de visite dans une pochette plastique.
Carnet de grade
Bien qu’ils le reçoivent en même temps que leur licence-assurance, le carnet de grade ne concerne pas les Kodomo (4-6 ans) et les Juniors (6-10 ans), mais uniquement les adolescents (10-14 ans) et adultes.
Au même format que la licence-assurance, le carnet de grade est le document attestant de la réussite d’un examen kyū (examen de base au sein du dojo) et dan (examens présentés devant un jury fédéral). Le candidat ayant réussi l’examen au grade prétendu est prié de présenter son carnet au président du jury de l’examen incriminé.
Carte d’information
Il s’agit d’un document au format carte de visite résumant les informations relative à l’aikido vous concernant (prénom, nom, no de licence, no de club, grade et date de renouvellement).
Carte de stage
Il s’agit du document officiel dans lequel sont collectés les informations relatives aux stages effectués (stage signifiant cours spécial donné par un professeur au minium 5e dan aikikai). On y note la date, le nombre d’heures de pratiques, le lieu, et l’expert ayant officié. Un quota d’heures de stages est obligatoire pour la présentation des examens kyū et dan.
Avant quatorze ans, le pratiquant possède une carte jaune, au-delà de cet âge, il sera en possession d’une carte blanche.

 

Combien coûte l’aikido à l'Okami dojo ? Haut de la page 

Étant donné la nature bénévole de nos professeurs, la pratique de l’aikido est l’une des moins chères que vous puissiez trouver :
  • Les deux premier cours, bien que payants, sont sans engagement.
  • La licence-assurance fédérale annuelle est détaillée dans la rubrique Horaires et tarif . Elle permet de pratiquer dans tous les dojo de la fédération (cours et stages) sans frais d’assurance supplémentaires.
  • Les cotisations sont également détaillées dans la rubrique Horaires et tarifs .
  • Le prix du keikogi et de la ceinture varie en fonction de la marque, de la taille et de l’épaisseur du tissu — entre 15 et 100 €.
  • Le hakama, large pantalon, est assez onéreux (entre 50 et 500 €), mais il n’est pas porté dans un premier temps.

 

Pourquoi n’y a t’il pas de compétition en aikido ?

Parce que nous pratiquons un art martial et non un sport.
Au regard de leur longue histoire, la compétition est un phénomène nouveau dans les arts martiaux. À l’origine, il n’existait que le combat codifié (kumite, randori) qui ne connaissait ni gagnant ni perdant. Il servait à mesurer son niveau, à corriger ses faiblesses.
Les premières compétitions (judo et karate) eurent lieu dans les années soixante, au grand dam de leurs fondateurs qui étaient farouchement contre. De fait, la compétition transforme les arts martiaux en sports où seule la victoire sur l’autre compte.
De plus la compétition exige une codification et une simplification de la pratique ; alors qu’une véritable agression serait, par nature, sans règles. Le karate « moderne », par exemple, a été dénaturé à cause de cet aspect sportif : certains coups étant interdits en compétition (parce que trop dangereux) sont généralement délaissés aux cours. Les pratiquants se voient donc privés d’une technique trop… efficace !
L’enjeu majeur de l’aikido étant la non-opposition, celui-ci est donc définitivement incompatible avec la compétition qui est la forme sportive de l’opposition. La compétition n’existe donc tout simplement pas en aikido.
Au niveau des enfants et adolescents, nous estimons par ailleurs que la compétition est nuisible à une éducation saine. Nous priviliégions donc la notion de partenaire plutôt que celle d’adveraire. Être meilleur avec l’autre n’est t’il pas beaucoup plus enrichissant qu’être meilleur que l’autre ?

 

Quelles sont les pratiques des armes en aikido  ?

Le cours spécifiquement dédié aux armes du mercredi est une particularité de notre dojo.
  • Ken ki-hon waza , apprentissage des coupes aux sabre.
  • Ken tai ken (ou kumi tachi) , sabre contre sabre.
  • Tachi dori, main nue contre sabre.
  • Jō ki-hon waza, apprentissage des frappes au bâton.
  • Jō tai jō (ou kumi jō), bâton contre bâton.
  • Jō dori, main nue contre bâton.
  • Jō nage, projection à l’aide du bâton.
  • Tantō dori, main nue contre poignard.
À cela peut s’ajouter la pratique d’une école de ken jutsu (pratique du sabre) dont les positions et l’esprit d’engagement (irimi) sont similaires à ceux de l’aikido (l’école Kashima shin ryu, par exemple).

 

Pourquoi utiliser des armes en aikido ? Haut de la page 

Il existe, pour le pratiquants, nombre de manières d’appréhender une discipline telle que l’aikido. Mais l’utilisation des armes apporte de grandes facilités aux professeurs durant la dispense de leur enseignement.
Le sabre, le bâton et le poignard (bokken, et tantō) de par leur aspect particulier, intéressent autant le pratiquant que le travail à mains nues. L’alternance du travail à mains nues et l’utilisation des armes pour l’assimilation des techniques donne à la pratique une dimension supplémentaire d’intérêt et de facilité de concentration sur le travail donné.
Étant donné leur irréalité (risquons-nous réellement d’être attaqué à l’aide d’un sabre ou d’un couteau?), le travail des armes est donc essentiellement pédagogique.
Utiliser des armes permet d’introduire des notions fondamentales du travail de l’aikido telles que :
  • les attaques (shōmen, yokomen, kesakiri, tsuki);
  • les positions et déplacements (notions de pas marché, de pas glissé, de irimi-henka-tenkan, de répartition du poids du corps et de centrage);
  • la respiration (ouverture = inspiration, fermeture = expiration);
  • l’introduction de la pratique du kiai (cri permettant la libération de l’énergie associée au mouvement);
  • les notions de coupes au sabre que l’on retrouvera lors de la pratique à main nue (tegatana);
  • les notions de distances de travail, de gardes, de position de sécurité par rapport à l’attaque d’un partenaire;
  • l’importance de la concentration et de la vigilance nécéssaires à une sécurité optimale.
Également, la pratique des frappes répétées (suburi) permet d’introduire une possibilité supplémentaire d’échauffement avant le cours proprement dit.
De par leur constitution, les armes doivent être un élément hautement sécurisé quant à leur utilisation par le pratiquant. Bien qu’en bois, bokken, et tantō restent des éléments dangereux d’utilisation en raison de la dureté de leurs composants.
L’attention portée tant à ses propres gestes qu’à ceux des personnes environnantes est extrêmement enrichissante en terme de capacité de concentration.
Du point de vue physique, la pratique des améliore la santé du pratiquant par le développement harmonieux de toutes les parties du corps, l’augmentation de la souplesse des articulations, la correction de la colonne vertébrale, le contrôle de la respiration, la relaxation et l’endurance.
Techniquement, l’étude des mouvements liés à leur utilisation impose l’étude du déséquilibre, la connaissance et l’utilisation de l’énergie et le développement des réflexes.
Moralement, elles contribuent à la coordination physique et mentale. Elles conditionnent la réalisation de chaque technique et provoquent en même temps que la transformation physique externe du corps une métamorphose interne d’ordre moral (prise de conscience sa responsabilité par rapport au danger que l’on représente).

 

Quels sont les noms et les rôles des protagonistes en aikido ?

En aikido, les protagonistes sont des partenaires, non des adversaires.
L’attaquant se nomme uke (aussi aite). L’attaqué se nomme tori (aussi shite ou nage).
En règle générale, uke est contrôlé par tori (projection, clef aux articulation, immobilisation), mais son rôle étant d’attaquer, il peut, en aikido, « renverser la vapeur » et contrôler tori si l’opportunité lui est offerte.

 

Quels sont les grades en aikido ?  Haut de la page 

Il s’agit du système de grade moderne en usage au Japon dans la majorité des arts martiaux.
Il comporte deux types de grade, les grades inférieurs (kyū) et grades normaux (dan). Notez que pour un japonais, le premier dan,qui est marqué par la fameuse ceinture noire, se nomme shôdan, « le grade du début » !
  • Kyū : du 6e jusqu’au 1er (compte à rebours);
  • Dan : du 1er jusqu’au 8e (compte normal).
Le plus haut grade belge reconnu par le Hombu dojo est le 6e dan.
Conjointement aux grades, il existe également un système de titres destinés aux enseignants.
  • fukushidōin, assistant-professeur;
  • shidōin, professeur;
  • shihan, maitre.

 

Quand & comment obtenir un grade supérieur ?

L’obtention d’un grade est régie par des règles strictes.
Quand ?
Simplement lorsque la durée exigée entre deux examens est écoulée, que le quota d’heures de stage est atteint et ainsi que votre évolution technique le permet. Les grades sont le reflet d’une évolution technique et en aucun cas d’une aptitude combative ou autre. Ils sont obtenus suite à une démonstration technique favorable.
Comment ?
Sous forme d’examen public de la maîtrise des techniques exigées pour le grade souhaité. Il existe trois formes d’examen :
  • Examens au dojo
    Les examens kyū se déroulent tous au dojo sous la direction de vos professeurs. Ils sont marqués par une ceinture blanche.

  • Examens fédéraux
    Les examens du 1er au 4e dan se déroulent en huis-clos devant la commission fédérale des grades composée d’un nombre impair de gradés réunis deux fois par an. Il est loisible aux candidats d’obtenir simultanément leur examen aikikai.

  • Examens Aikikai (= reconnus par le Japon)
    Les candidats qui désirent présenter isolément l’examen fédéral de l’examen Aikikai peuvent présenter ce dernier sous la direction d’un sensei reconnu par le Hombu dojo (= centre mondial de l’aikido à Tōkyō).

Les grades du 5e au 8e dan, ainsi que les titres s’acquièrent sur recommandation au Hombu dojo).

 

Les grades acquis dans un autre art martial entrent-ils en compte en aikido ?

En aucun cas.
Seuls les grades d’aikido acquis dans un autre dojo, éventuellement d’une autre fédération sont maintenus.

 

Existe t’il des cours spécifiques pour débutants et avancés ?

Non, conformément à la pratique traditionnelle des arts martiaux japonais, débutants et avancés pratiquent et évoluent ensemble.
Toutefois, des sessions de cours spécifiques sont régulièrement organisées, par exemple, afin de préparer les examens.

 

Questions pour les +14 ans

Un âge avancé est-il un problème pour pratiquer l’aikido ?

Aucunement, à partir du moment que disposez d’un avis médical favorable. L’aikido permet un apprentissage progressif respectant le rythme de chacun.
Plusieurs personnes ont débuté l’aikido à plus de cinquante ans au sein de notre dojo, et de nombreux pratiquants peuvent être classés dans la catégorie « senior » ;-)

 

Qu’est ce que le carnet Yudansha ?  Haut de la page 

En japonais, yudansha signifie « porteur d’un grade dan ».
Il s’agit d’un document émanant de l’Aikikai Foundation regroupant différentes informations telles que votre grade dan, les heures de cours prestées au Hombu dojo, votre timbre yudansha, etc.

 

Quand porter le hakama ?  Haut de la page 

Le hakama est le pantalon ample (non, non, il ne s’agit pas d’une jupe) qui tire son origine dans la tenue médiévale que les nobles japonais portaient pour l’équitation.
En aikido, nous portons le keikobakama (= hakama d’entrainement), opposé au hakama de cérémonie, beaucoup plus rigide.
Le hakama ne se porte pas immédiatement en aikido. Il est le reflet d’une certaine forme d’engagement et d’une technique minimum. Nous condisérons que le hakama est porté à partir du 3e kyū.
Il peut arriver que le tatami soit momentanément réservé aux « hakama », ce qui signifie, aux personnes ayant accumulé un bagage technique suffisant pour travailler avec vigueur sans risque de se blesser.

 

 

 
 Accueil | Nous contacter | Aikido | Iaido | Agenda | Nouvelles | Documents | Médias & liens | Intranet | Mentions légales | Facebook